Index
Les brèves
Analyses
FAQ
Contact
Mises à jour  

Solido Made in France

Avec la distribution du Renault 180 "transport de troupe" de la série Army Museum, s'achève la production française des militaires Solido et Verem. Fabriqués en juillet à Oulins, ces pièces portent encore l'étiquette Made in France. Mais depuis, le siège social, le musée et le stock des produits finis ont été transférés à Dagneux avec la nouvelle plateforme logistique des jouets estampillés Majorette, le personnel normand n'ayant pas suivi. Les prochains modèles militaires seront donc totalement fabriqués en Chine en sous-traitance, comme toutes les autres références du catalogue Solido. Ce nom prestigieux n'est plus désormais qu'une ligne de produits pour le marketing chez Smoby Majorette.

Un bilan positif

Prometteuse sur le papier, l'année 2005 a laissé un sentiment mitigé, entre de vraies réussites comme le Hummer, et de grosses déceptions comme le Sherman coque moulée. Tout en étant paradoxalement plus conservateur, le programme 2006 s'en sort plutôt mieux dans sa tentative de contenter l'intarissable demande de renouvellement, justifiée par de longues périodes d'immobilisme. Les collections Military I et military II, planifiées bien avant, n'ont aucunement souffert de la fermeture du site d'Oulins.

Outre les deux ACMAT 4x4, nombre de conversions ont été proposées sous la marque Solido avec l'aide de Gaso.Line. Sans retrouver l'ingéniosité des jouets de la série 200 qui ont suscité l'admiration de centaines de milliers d'enfants, ces innovations, bien que simples, ont toutes été d'agréables surprises. Même si le coût d'un moule a chuté depuis quelques temps, un effort certain a été visiblement consenti. Ainsi, détail révélateur, les planchers supports des affûts des nouvelles pièces d'artillerie sont personnalisés pour chaque véhicule hôte. En plastique, ils évitent de modifier les moules en Zamac, qui ont déjà beaucoup souffert des diverses variantes antérieures. Les canons sont très correctement reproduits, malgré des impératifs techniques dont une production commerciale industrielle a bien du mal à s'affranchir. Il ne manque donc qu'une meilleure finition en peinture pour un résultat sans reproche.

Les derniers Verem

Les livraisons de la défunte division Verem ont été un peu bouleversées par la fermeture de l'usine. Une grande part des Citroën FFI au gazogène (Army Museum) se sont aussi vues amputées du muret de décor de la saynète prévue au catalogue. Il faut saluer un travail soigné sur le GBC et sa nouvelle citerne de carburant. Quelques bémols, toutefois, avec de nouveaux outillages : ainsi, le missile Milan sur le P4 est bien trop fragile pour que sa pose incombe à l'acheteur. L'Ostwind conserve tous les défauts du modèle du Tank Museum dont il s'est malheureusement inspiré. Les jupes de blindage du T34/76 allemand restent grossières, cela en raison de leur fixation "à la française", c'est-à-dire sans le recours à la colle. Rappelons que les soudures du plastique étaient récemment devenues impossibles à Oulins, en raisons de nouvelles normes de sécurité, et que ce changement prohiba par exemple l'ajout des jupes latérales sur le PZ-IV comme il avait été envisagé en 2004. La dernière année de production pour la marque Verem a néanmoins de quoi susciter de réelles satisfactions chez ses collectionneurs.

Les parutions chez Hachette ont cessé au mois d'août pour le cinquième anniversaire de l'encyclopédie Chars et véhicules militaires. L'absence d'un sommaire est très pénalisante pour rechercher des fiches. Du côté des modèles, des "Verem simplifiés" ont souffert de l'absence d'une peinture réaliste. Le Pluton est ainsi resté dans le seul vert clair du camouflage OTAN. Des variantes sans intérêt ont aussi diminué le plaisir suscité par les vraies créations.

La collection 2006 en photos

Malgré une qualité croissante, les boîtes "Forces Of Valor" distribuées par Solido en France restent toujours difficiles à trouver, sans doute en raison de la frilosité des grossistes, des détaillants et des acheteurs eux-mêmes. D'ailleurs, ces modèles sont totalement absents de la boutique en ligne inaugurée le 26 novembre sur le site Solido officiel.

Les Forces of Valor en boites Solido (marché français seulement)

Quelles conséquences sur les anciennes gammes ?

Bien que l'avenir soit encore plein d'incertitudes, que réserve cette délocalisation inéluctable, sachant que la fabrication des modèles militaires demeurait en France, à l'exception des quelques pièces au 1/18 ? Si le prix de vente reste similaire dans le futur, la qualité d'ouvrage est susceptible de s'améliorer, tout en conservant les méthodes Solido traditionnelles. Selon notre récent sondage, les 2/3 des collectionneurs des gammes militaires espèrent toujours plus de nouveautés, bien que le calendrier des créations 2006 cherchait déjà à atteindre cet objectif. Quoi qu'il en soit, c'est avec un petit pincement au cœur que les connaisseurs doivent regarder les modèles de ce crû 2006 qui clôture une passionnante aventure de 45 années.

Copyright © Lenours
Photo : CH. Loeuillet

  Retour en haut - Back to the top Home page