Le 1/43 à la rescousse
Précédente Index Suivante


Les notions de bases et variantes employées sur ce site appellent une explication.

La fonderie Solido reste réputée pour ses moulages en Zamac injecté sous pression. Les pièces en plastique injecté, aussi réussies soient-elles, ne sont donc ici considérées que comme des accessoires et donc des semi-nouveautés. Il en va de même pour les modèles Verem en résine, produits en sous-traitance. De plus, une nouvelle pièce en métal n'implique pas un remplacement des principaux moules et n'est donc pas considérée comme une nouvelle base, même si le modèle en est transformé (Exemples : Général Grant, AMX-VOA ou Commando Police). Les retouches faites sur les moules ne sont d’ailleurs même pas répertoriées sur ce site.

Quant aux variations de peintures et de décorations, elles sont évidemment classées dans la catégorie des simples variantes, nombreuses depuis 1994. Mais il ne faudrait pas en déduire hâtivement que la politique de Solido soit différente sur ce point de celles de la plupart des autres constructeurs de la fin des années 90.

Précisons que cette étude exclue totalement les véhicules de gendarmerie proposés par Solido et Verem.

Nouveautés et semi-nouveautés
par ordre chronologique

Nouveautés et semi-nouveautés
par ordre alphabétique

Une nouvelle jeunesse... à bon compte

Il ressort d'une telle classification que Solido conçut, entre 1960 et 1979, 21 bases au 1/50 de chars chenillés exclusivement pour la gamme militaire (notons que les Sherman, Destroyer, Priest et autre Général Lee se partagent une pièce volumineuse) ainsi que 9 bases de blindés sur roues. Ces chiffres n'ont pas évolué 20 ans plus tard, même si l'on trouve des changements apparemment considérables, comme le VAB 4x4 lance-missiles ou l’AMX 30B2 avec le camouflage OTAN proposés par Verem.

Dans les années 80 et 90 vinrent s'ajouter aux camions déjà proposés (Simca 4x4 SUMB, Kaiser Jeep M34 et Dodge WC63) quelques nouveautés : le remarquablement modulaire GMC 353, un Mercedes Unimog, des Dodge 4x4 (WC51, WC54 et WC56) et l’ACMAT trop vite arrêté. D’excellents choix qui permirent de multiples variantes, même si la période «39/45» reste privilégiée.

Premier principe influant les choix de conception, les modèles doivent si possible être proposés dans toutes les gammes. L’adaptation étant aisée avec les camions, l’Unic Sahara ou le gros Berliet T12 (40cm de long) sortirent parallèlement dans des versions civiles - Notons que la Jeep Munga aurait dû connaître un sort similaire, et que la Goélette Renault est même d’abord sortie en versions civile et pompier sous la même référence 203. Ultérieurement, le Marmon et le Dodge 6x6 apparurent plus ou moins rapidement sous TonerGam. Puis, même si les militaires conservèrent quelques particularités, on observa la parution des nouveautés (GMC, Unimog, Dodge 4x4, etc) simultanément dans les autres séries, TonerGam principalement.

En 1978, la politique devint encore plus radicale : la gamme militaire devait aussi réutiliser des modèles déjà existants, comme la camionnette Citroën C35. Sous la direction de Majorette, ces principes seront repris en 1986 et généralisés à toute nouvelle étude par souci de rentabilité ; il est plus facile d’amortir un modèle décliné en plusieurs versions. 

Et pour renouveler son offre, Solido s'est surtout contenté d'adapter une vingtaine de voitures et de camionnettes déjà existantes au 1/43, une échelle plutôt rare à l'origine dans la série 2xx. Pendant la période 1960-1979, deux véhicules seulement furent produits pour la gamme militaire à l'échelle 1/43 : les jeep Auto-union et Willys, bien que la moto BSA et une Alfa Roméo GTZ "Police" portèrent les références 220 et 221. Le choix de cette échelle s'expliquait alors par la possibilité de constituer un parc hétéroclite mais aussi par une taille un peu trop réduite au 1/50.

Cette dernière échelle est un compromis entre une reproduction offrant suffisamment de volume pour permettre le jeu et un coût de fabrication qui reste compétitif. Cette observation explique aussi le choix pour les camions TonerGam du 1/55 ou même du 1/60, ceci afin de ne pas augmenter le prix de jouets généralement "bon marché" et vendus en grandes surfaces. Evidemment, la disparité des échelles employées n’est pas l'idéal dans une collection.

Si les chars et les blindés (‘Military 2’ chez Solido) n’ont donc connu que peu d’évolutions, Solido puis Verem développèrent néanmoins la gamme militaire grâce aux modèles au 1/43, principalement par des voitures américaines. Une récupération quasi-systématique des productions "Age d’or" d'automobiles anciennes fut pratiquée, agrémentant la collection de véhicules de bonne facture assez rares sur le marché. La collection ‘Military 1’ (les "non blindés") de Solido s'est ainsi progressivement étoffée, et dans les années 90, il ne reste plus qu’une minorité de miniatures des années 60 et 70. Elles demeurent cependant disponibles chez Verem, dans la gamme ‘Militaire 2’ notamment, parfois "relookées".

Cette prolifération ne semble pas devoir se limiter dans l’avenir, ces dernières années la parution d’un modèle au 1/43 chez les militaires succédant immédiatement ou presque à son apparition dans les autres gammes (Méhari, Defender, etc.). Toutefois, les bases sont parfois plus anciennes, comme le démontrent le tableaux ci-dessous, trié par dates.

NOM

PARUTION
Camiva Lance-Mousse 1973
Grue Richier RC60 1973
Citroën Traction 1938 1974/1982
Peugeot 504 Break 1974
Rolls Royce Phantom III 1976
Citroën C35 1977
Saviem H875 1977
Land Rover 109 1978
Mercedes 540K 1978/1988
Citroën C4F 1981/82
Cadillac V16 1931 1979/1984
Chevrolet 1950 1986
Dodge Pick-up 1940 1986
Packard V8 1937 1983/1986
Citroën 15cv à Gaz 1987
Chrysler Windsor 1946 1988
Ford V8 Berline 1992
Alfa Roméo 2500 1993
Ford V8 Pick-up 1993
VW Combi 1993
Renault Trafic 1994
Range Rover 1995
Renault 4L Berline 1996
Peugeot 203 1997/1998

Des pièces nouvellement introduites dans la gamme militaire ne sont parfois, elles aussi, que de vieux accessoires chez Solido. Ainsi, le Kaiser Jeep puis le Renault ex-Saviem ont reçu la grue télescopique du Richier RC60. Autres exemples : la remorque Zodiac accrochée derrière certains modèles existe en fait depuis 1977 sous TonerGam, la caisse courte du "Renault G230.15" de Verem fut conçue en 1980, et la citerne de la Ford est apparue en 1986.

Si la fidélité des modèles en souffre parfois, Solido est passé maître dans l’art de combiner ses multiples moules. Le tracteur Renault R390 qui faisait partie des récents coffrets "La Force Armée" fut ainsi fabriqué en modifiant la cabine du Berliet TR300 (1972), puis en lui ajoutant le châssis du Berliet TBO (1960), la grue Griffet de l'AMX Pluton (1977) et la remorque basse du Berliet T12 (1967). Solido, il est vrai, a une longue expérience du kit...

Plaidoyer pour une collection

A l’époque où débutait la gamme des engins et véhicules militaires, Solido commençait également une série consacrée aux poids lourds (sous les références 3xx) et se spécialisait dans les voitures de courses au 1/43. Sur les catalogues 2000 de Solido et Verem, les rares camions sont totalement intégrés dans les autres thèmes proposés et les voitures de compétition ont presque disparues.

A contrario, les militaires continuent leur carrière en constituant plus de 20% de l’offre en nombre de références annoncées, un chiffre équivalent aux véhicules de pompiers. Une belle revanche pour une ligne de modèles qui avait été mise en sommeil au début des années 80.

Pendant les années 60 et 70, Solido apparaissait comme le producteur des meilleurs modèles militaires en métal (Die-casting). Aujourd'hui, la concurrence propose des finitions beaucoup plus soignées, mais à des prix généralement plus élevés. Solido cherche toujours le compromis entre une certaine qualité et des tarifs qui se veulent tout public. Mais il est vrai que les impératifs commerciaux des entreprises industrielles échappent généralement aux collectionneurs, plutôt avides de raretés.

Beaucoup reprochent l’absence de certains classiques du genre ou l’abus du plastique à l’instar de modèles asiatiques «bas de gamme». Néanmoins, le résultat global n’est pas aussi alarmant. La gamme militaire reste quasi-disponible grâce aux rééditions, et s'enrichie régulièrement en conservant une réelle homogénéité.

De plus, l'usine d'Oulins n'a pas à rougir de ses vieux moules. Lorsqu'en 1960, la fabrication des militaires fut décidée, la qualité des modèles chez Solido parvenait à maturité et l’automitrailleuse M20 demeure une pièce de choix dans une collection.

Si nombre de camions ou de voitures ont été retirées de la production (le goût des acheteurs et la politique du fabricant pour se positionner sur le marché ont beaucoup évolué depuis la fin des années 50), tous les militaires sont conservés sans même nécessiter d'améliorations. Sans rechercher la moindre nostalgie, le char Patton est ainsi proposé à la vente chaque année depuis bientôt quarante ans. Cette rare continuité dans l'histoire des modèles réduits semble être aujourd’hui une grande qualité.

copyright © Lenours 2000

  Retour en haut - Back to the top Home page