La fonderie
Index Remonter Suivante


Près d’une douzaine de presse hydraulique Frech ou Idra, de 20 à 125 tonnes de fermeture, attendent la mise en place des moules descendants (500 à 600 injections à l’heure pour les pièces minces). La partie fixe d'un moule comporte en son centre une buse par laquelle est injecté sous pression du Zamac liquide à 425° Celsius. Le Zamac est un alliage de zinc et d’aluminium avec des traces de cuivre pour le rendre conducteur. Il arrive en palette à Oulins, sous forme de lingots qui sont fondus dans des creusets en fonte chauffés électriquement. Un vérin introduit un piston dans le four contenant le Zamac fondu. Le métal est ainsi injecté dans l’orifice de remplissage jusqu’au "col de cygne" débouchant sur le moule. La presse referme le moule hermétiquement avant l’injection. Après refroidissement du Zamac par circulation d’eau, le moule est ouvert et "crache" la pièce qui est immédiatement pesée, pour détecter un défaut d’injection, puis déposée dans un bac de manutention.

Avant la restructuration réalisée par Emile Véron, les machines n’étaient encore que semi-automatiques. Autrefois, l'usine assurait aussi le recyclage de ses déchets de métal. Aujourd'hui, deux personnes suffisent pour cet atelier.

La zone des presses à Zamac La presse de 125 tonnes
Une presse et son four à droite Le moule (en haut à droite)
et la pièce éjectée (en bas)
Du Zamac en lingot Le résultat brut de fonderie, un élément de chenille et sa carotte d'injection.
copyright © Lenours

  Retour en haut - Back to the top Home page