L'infrastructure
Précédente Index Suivante


OULINS : THE END OF THE ROAD

"Le site d’Oulins représente 1/3 de la production de Solido (…). La spécificité de ces produits rend aujourd’hui le site inadapté face à une accélération et un durcissement de la concurrence des pays asiatiques. A cette inadaptation structurelle s’ajoute le fait que le métier de la miniature de collection est de plus en plus « dollarisé ».

« Malgré tous les efforts de développement tant marketing que commercial, depuis deux ans, la situation critique du site n’a pu être évité » déclare Loïc Delorme, Directeur Général de Majorette.

C’est pourquoi Smoby Majorette doit aujourd’hui envisager la fermeture de ce site. Il a été notifié le 21/03/06 aux instances représentatives du personnel les raisons économiques qui ont poussé la Direction du Groupe, en l’absence de solution viable permettant de pérenniser une activité sur le site d’Oulins, à décider de la fermeture de l’unité de fabrication Solido."

Extrait du dossier de presse Smoby Majorette du 22/03/06

A la fin de l'été 2006, la fabrication française de Solido fut donc transférée en Asie. Le reclassement des salariés du site d'Oulins ne fut pas assuré dans cette réorganisation. Par ailleurs, les bureaux à Rillieux-la-Pape (69) et la plateforme logistique de Reyrieux (01) ont également fermé et le personnel fut affecté à Dagneux dans l'Ain, nouveaux locaux de Majorette Solido SAS (image ci-dessous).

Lorsque démarre la nouvelle collection militaire en 1960, Solido se trouve encore à Ivry-la-Bataille. L’usine, un bâtiment avec mezzanines, est trop petite pour supporter l’augmentation de la production, surtout après l’installation de la machine à peinture en 1968. En 1974, la fabrication est donc transférée à Oulins, et seul demeure à Ivry-la-Bataille le bureau d’étude de Jean de Vazeilles. En 1983, l’usine est rachetée par un garagiste, spécialisé dans la rénovation de voitures anciennes (la Jeep US au 1/43 fut conçu d’après l’un de ses véhicules en 1977).

L'entrée, rue Henri IV à Ivry-la-Bataille,
de nos jours...
L'Eure et ses îles : un site pittoresque.
Au fond  : le bâtiment du cartonnage
L'usine, à droite sur l'image. L'arrière Ouest du bâtiment.
L'ancienne usine hydroélectrique
 du moulin Labbé.
Deux étages d'ateliers.
En haut : la fonderie et ses cheminées
Une végétation luxuriante envahie aujourd'hui les abords de l'ancienne usine d'Ivry-la-Bataille. L'atelier des outillages

L’usine d’Oulins actuelle est scindée en deux parties : les ateliers de production Solido et Verem eux-mêmes, ainsi que des bureaux administratifs, plus un volumineux bâtiment des produits finis et de l'expédition. L’assemblage final et l’emballage sont, depuis plus de deux décennies, réalisés dans des maisons d'arrêts.
La route de Houdan
et l'Usine d'Oulins
Les deux camions de transport Solido... à l'échelle 1.
L'accueil, l'entrée du personnel, le quai de déchargement de la fonderie et le transformateur H.T
Les bureaux (ajoutés dans les années 80) et le restaurant/cafétaria à l'étage.

LA VISITE DE L’USINE

Echelle 1 !
Le bâtiment des produits finis
un jour de "Portes ouvertes à Oulins"
Une Jeep Willys chez Solido ?
 

Quelques modèles pour Hachette Collections furent fabriqués par l'usine Majorette Thailand Co. Ltd, située à NavaNakorn dans le district de Khlong Luang de la ville de Pathum Thani, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Bangkok (images ci-contre). 

Les récentes réorganisations de la production modifient le rôle de la fabrique d’Oulins. Elle produit encore des modèles du 1/43 au 1/60. Le bureau d’étude, qui s'était vu déjà transféré chez Majorette à Rillieux-La-Pape (Rhône) en 1993, est aujourd'hui dévolu à un sous-traitant. De même, la réalisation des nouveaux moules est confiée à des usines chinoises dans la province de Kouang-Toung. La production d'une miniature Solido est donc désormais une entreprise aux amples ramifications internationales. Ainsi, par exemple, les étuis "Prestige" étaient réalisés en 2001 à Barcelone par Rakosnik.

Avant son absorption par la SN Solido en 1996, Verem SA disposait de ses propres locaux, dans un premier temps dans le petit village de Rouvres (28).

Cette fabrique (la photo ci-contre est prise de nos jours) ne possédait qu'une seule presse à Zamac. Il est vrai que sa production, quasiment artisanale, était de par nature limitée. Elle ne s'adressait en effet qu'aux seuls collectionneurs, ou à des sociétés pour des séries hors-commerces à usage promotionnel.

Rouvres

Verem s'installe ensuite à Bueil (27), dans un bâtiment beaucoup plus moderne et spacieux qui hébergeait également la filiale Solido-Pub (l'image ci-contre). C’est ici que naquirent les modèles de la nouvelle gamme militaire de la marque, au début des années 1990.

Aujourd’hui, Verem conserve des particularités (comme la capacité de produire de petites séries), même si la production est effectuée à l'usine d'Oulins.

Bueil

Copyright © Lenours

  Retour en haut - Back to the top Home page