Index
Les brèves
Analyses
FAQ
Contact
Mises à jour  


Le Sherman M4 Dozer de Verem VPC

Verem s'est donc lancé au second trimestre 2004 dans la vente par correspondance, à titre expérimental avec seulement trois modèles pour débuter - d'autres références devant suivre dès l'été. Les véhicules sont vendus plus cher et un soin tout particulier a donc été apporté à leur présentation. Une ligne d'emballage a d'ailleurs été mise en place spécialement à Oulins afin de préserver cette qualité sans faillir.

Le modèle examiné est un Sherman Dozer, commémorant le 60ème anniversaire de la libération. Il est vissé sur un nouveau socle en plastique injecté, représentant une route pavée fermée d'un côté par une bordure de trottoir. Le socle est simplement teinté en gris dans la masse. Contrairement à l'encart publicitaire pleine page paru dans certains mensuels, le socle n'est pas recouvert d'un lavis marron. Un étiquetage présente le nom de la réplique et une figurine de dimension correcte, partiellement peinte, agrémente le décor. Ce soldat est encore un ancien Starlux, mais Verem compte s'améliorer dans ce domaine en inaugurant de nouveaux personnages très prochainement - une initiative particulièrement heureuse. Notons que pour les modèles plus petits, un élégant panneau de fond, avec photographie et texte descriptif, accroît l'aspect "belle pièce de collection à poser sur son bureau".

Le Sherman Solido, un peu daté, demeure toutefois impressionnant. Il est correctement peint en kaki, avec un voile délicat lui donnant bien l'aspect d'un engin sali par la boue. Que Verem applique ce procédé à toutes ces miniatures actuelles peut être regrettable, mais ici l'effet recherché convient parfaitement à un produit qui se veut une image de la réalité. Le blindé reçoit des sacs de sable sur le glacis avant, un accessoire déjà vu l'an dernier sur le Prong, et retrouve évidemment la lame de déblaiement articulée classique et… incorrecte. Elle provient en fait d'un camion Tonergam, et se voit régulièrement montée sur le tank américain, malgré sa faible ressemblance avec l'équipement standard. Les décalcomanies sont nouvelles. Les chenilles articulées en métal sont teintées en gris, bien que le modèle soit assez statique. Ce serait, il est vrai, un véritable sacrilège de l'extraire de son support.

L'ensemble est recouvert d'un écrin du plus bel effet. C'est une vitrine en plastique, sans aucun défaut, porteuse du nouveau sigle de la marque. Pour l'expédition postale, l'objet est emballé dans un carton couvert de mousse qui devrait le protéger des aléas du transport.

La première impression est très agréable. Verem se hisse au niveau de la concurrence avec une fabrication "Made in France". Il ne lui reste plus qu'à convaincre des collectionneurs qui semblent quelque peu refroidis par les tarifs pratiqués sur ce qui n'est encore à leurs yeux que de simples variantes - l'acheteur devant de plus supporter les frais de port, inconnues lors d'une acquisition dans un magasin. Plus certainement, ce genre de marchandise est une bonne idée de cadeau à la satisfaction garantie, probablement pour une autre sorte de public.

Merci à Verem VPC pour la fourniture de la miniature décrite ci-dessus.

  Retour en haut - Back to the top Home page