L'infrastructure de Majorette
Index Remonter

 
En raison d'une croissance continue de sa production, l'entreprise d'Emile Véron devra déménager à trois reprises avant de faire construire un nouveau site industriel à Rillieux-la-Pape près de Lyon, juste à proximité de ses ateliers existants. Sa fabrique avait justement prit le nom Majorette en 1966 en s'installant dans la zone industrielle de Caluire-et-Cuire, au 21-23 Avenue Barthélemy Thimonier. La production y atteignait déjà les 220 000 petites voitures par jour.

Ci-contre :
Monsieur Emile Véron
PDG de Solido de 1981 à 1993.

EMILE VERON
A gauche, l'usine de Caluire-et-Cuire après son agrandissement en 1972.
A droite, sa chaîne de peinture et la mise sur balancelles.

Les catalogues sont les témoins de l'expansion progressive de l'usine de Rillieux-la-Pape. Ces bâtiments hébergeront pendant près de 8 ans le bureau d'étude Solido. Ci-dessous, les phases successives de la construction. Dans le bas à gauche des images, on distingue les prestigieux bureaux paysagers au bord de l'Avenue de l'Hippodrome. A cet établissement s'ajoutera encore, dans la seconde moitié des années 80, l'usine thaïlandaise et le rachat d'un autre site à Paredes, près de Porto au Portugal (ex- Jogos E. Brinquedos LDA).

Saviem porte-autos

Les installations étaient optimisées pour de très grandes quantités afin d'abaisser le coût de fabrication. Des moules Solido ont servis ici (voir la chronologie). En 2001, la production française est délocalisée en Tchéquie. Les études des nouveaux modèles et des outillages sont désormais externalisés. Finalement, seul le mercatique de Majorette Toys résidera encore dans ces locaux historiques, vendus en totalité à un concessionnaire automobile et une entreprise d'archivage, jusqu'au déménagement pour Dagneux dans L'Ain, à l'été 2006.

 

  Retour en haut - Back to the top Home page